dégourdi


dégourdi

dégourdi, ie [ degurdi ] adj.
• 1611; de dégourdir
Qui n'est pas gêné pour agir; habile et actif. Il n'est pas très dégourdi. débrouillard, futé, malin. Subst. C'est un dégourdi. Iron. En voilà un dégourdi ! Quelle dégourdie ! ⊗ CONTR. Engourdi, gauche, gourd, gourde, maladroit.

dégourdi nom masculin Première cuisson d'une céramique avant l'émaillage et la pose du décor ; céramique ainsi traitée. ● dégourdi, dégourdie nom (de dégourdir) Familier. Personne adroite, avisée, maligne, qui n'est ni gauche, ni timide.

dégourdi, ie
adj. et n. Actif, avisé, débrouillard. Il est très dégourdi pour son âge.
|| Subst. C'est un drôle de dégourdi!

I.
⇒DÉGOURDI1, IE, part. passé, adj. et subst.
I.— Part. passé de dégourdir1.
II.— Emploi adj.
A.— 1. [Correspond à dégourdir1 A 1; en parlant du corps, d'une partie du corps] Qui est libéré de son engourdissement. Il me semble même que je me porte mieux, que j'ai les jambes plus dégourdies et meilleur appétit (ERCKM.-CHATR., Ami Fritz, 1864, p. 56).
2. [Correspond à dégourdir1 A 1; en parlant de l'apparence, des réalités psychol.] Rendre plus actif. L'/un air (plus) dégourdi. De très braves gens dont la bonne volonté est peu dégourdie (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 400).
B.— Au fig., cour. [Correspond à dégourdir1 B; en parlant d'une pers.] Un jeune homme très dégourdi; un gaillard très dégourdi; quelqu'un de dégourdi; dégourdi et éveillé. (Quasi-)synon. hardi, éveillé, vif.
1. Qui n'a ni timidité ni gaucherie. Une grosse fille pas dégourdie. Elle parut prendre plaisir à me voir déjà si dégourdie et si à l'aise (SAND, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 79). En les apercevant, elle rit avec une bienveillance protectrice de femme dégourdie qui sentait leur timidité (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Pt soldat, 1885, p. 189). À quel point dégourdie déjà, et si libertine, si jeune encore! (LÉAUTAUD, Journal littér., 1, 1893-1906, p. 92).
2. P. ext. Habile, adroit, Dégourdi comme pas un, comme personne; dégourdi et entreprenant. Les voleurs sont plus dégourdis que ça (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 544). Un vrai marinier (...) joliment dégourdi sur la manœuvre (A. DAUDET, Évangéliste, 1883, p. 92) :
Fanfan le pâtissier me paraissait un garçon dégourdi; je supposais qu'il pourrait m'indiquer quelque expédient pour me tirer d'affaire.
VIDOCQ, Mémoires de Vidocq, t. 2, 1828-29, p. 52.
III.— Emploi subst., cour. Personne qui a de l'aisance, de la hardiesse ou de l'habileté. Faire le dégourdi. Et quoi! c'est toi, La Caboche, qui oses te comparer à un dégourdi! (BALZAC, Œuvres div., t. 1, 1850, p. 520).
Par antiphrase. Quel dégourdi! Quel maladroit! Vous avez l'air d'une andouille! Avancez donc, bougre de dégourdi! (BRUANT 1901, p. 301).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1878. Fréq. abs. littér. :66. Bbg. DARM. 1877, p. 58. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 123.
II.
⇒DÉGOURDI2, IE, part. passé, adj. et subst. masc.
I.— Part. passé de dégourdir2.
II.— Emploi adj. [En parlant d'un liquide, d'un lieu] Légèrement réchauffé. Eau dégourdie. Lorsqu'il pénétra dans la chambre de l'abbé, il la trouva un peu dégourdie par un grand feu de coke (HUYSMANS, Cathédr., 1898, p. 72).
P. métaph. Il y a pourtant sous l'eau à peine dégourdie du style d'intéressantes observations, de savoureuses gloses (HUYSMANS, En route, t. 1, 1895, p. 263).
III.— Emploi subst. masc., POT., CÉRAM. (cf. dégourdir2 A). Première et légère cuisson destinée à enlever l'excès d'eau contenue dans la pâte, spécialement dans la préparation de la porcelaine. Cuire en dégourdi. On cuit [les moules en terre cuite] au feu de porcelaine que l'on nomme dégourdi (Al. BRONGNIART, Arts céram., t. 1, 1844, p. 135). Un commencement de cuisson qu'on appelle dégourdi (Al. BRONGNIART, Arts céram., t. 1, 1844 p. 177). Les pâtes [céramiques] très plastiques (...) prennent presque toute leur retraite à une chaleur incandescente (...) qu'on appelle chaleur de dégourdi (Al. BRONGNIART, Arts céram., t. 1, 1844 p. 265).
P. méton. La poterie déjà soumise à cette cuisson. Les moules cintrés [en terre cuite] doivent être séchés sur un (...) noyau en terre saupoudré de dégourdi de porcelaine (Al. BRONGNIART, Arts céram., t. 1, 1844 p. 135).
Prononc. et Orth. Cf. dégourdi1. Fréq. abs. littér. : 1. Bbg. VAILLANT (R.). Le Parler de Garancières. B. folklorique d'Île-de-France. 1953, t. 15, p. 466.

dégourdi [deguʀdi] n. m.
ÉTYM. 1844; du p. p. de dégourdir.
Techn. Cuisson légère pour enlever l'excès d'eau dans une pâte de porcelaine. || Cuire en dégourdi.
Par métonymie. Poterie soumise à cette cuisson.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • dégourdi — dégourdi, ie 1. (dé gour di, die) part. passé de dégourdir. 1°   Qui n est plus engourdi. Membres dégourdis. •   L animal dégourdi piqua son homme au bras, LA FONT. Fabl. X, 10. 2°   Fig. Adroit, avisé. Voilà un garçon bien dégourdi. Cette femme… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • degourdi — Degourdi, [degourd]ie. part …   Dictionnaire de l'Académie française

  • dégourdi — adj., débrouillard, agile, éveillé, vif, rusé, espiègle, malin, alerte, leste, adroit : alurâ, â, é pp. (Albertville, Thônes 004, Villards Thônes 028) ; DÉGORDI (004, 028, Aix, Albanais 001, Annecy 003, Bellecombe Bauges 153, Bozel, Entremont, St …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • être dégourdi — ● être dégourdi verbe passif Familier. Être avisé, prêt à faire face avec adresse à toutes les situations ; avoir l esprit éveillé. ● être dégourdi (synonymes) verbe passif Familier. Être avisé, prêt à faire face avec adresse à toutes...… …   Encyclopédie Universelle

  • dégourdie — ● dégourdi, dégourdie nom (de dégourdir) Familier. Personne adroite, avisée, maligne, qui n est ni gauche, ni timide …   Encyclopédie Universelle

  • dégourdir — [ degurdir ] v. tr. <conjug. : 2> • XII e; de dé et gourd 1 ♦ Faire sortir de l engourdissement. ⇒ désengourdir. « Cela vous réchauffera les pieds et dégourdira les jambes » (Gautier). Se dégourdir les jambes en marchant. 2 ♦ Vieilli… …   Encyclopédie Universelle

  • dégourdir — (dé gour dir) v. a. 1°   Redonner du mouvement à ce qui était engourdi. Dégourdir ses jambes. •   Quand nos doigts engourdis de froid ne pouvaient plus tenir la plume, la flamme de la lampe était le seul foyer où nous pouvions les dégourdir,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DÉGOURDIR — v. a. Redonner du mouvement, de la chaleur à ce qui était engourdi par un long repos, par une position forcée, par le froid, ou par quelque autre cause. Dégourdir ses jambes. Se dégourdir les mains. Nous le secouâmes pour le dégourdir.   Il… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Faïence — La faïence[1] est une terre cuite à base d argile, recouverte d une glaçure stannifère (à base d étain) qui masque totalement la pâte avec laquelle elle a été façonnée et lui donne son aspect caractéristique blanc et brillant. La faïence est l… …   Wikipédia en Français

  • déluré — déluré, ée [ delyre ] adj. • 1790; forme dial. de déleurré « qui ne se laisse plus prendre au leurre » ♦ Qui a l esprit vif et avisé, qui est habile à se tirer d embarras. ⇒ dégourdi, éveillé, futé, malin . Un enfant déluré. Air déluré. ⇒ dégagé …   Encyclopédie Universelle